Critique: Les Sorciers de Glace

Critique: Les Sorciers de Glace

[FANFICTION]

Critique: Les Sorciers de Glace

C’est avec cette deuxième critique que je continue mon travail au sein de la Plume. Prêtant la mienne pour aborder des fans-fictions, je vais ici vous parler de celle que j’ai découverte : LES SORCIERS DE GLACE écrite sur Wattpad par DelilahMalory.

L’histoire est très simple : Une aventure dans le monde magique, au sein d’une école, mais cette fois-ci dans la très froide et très nordique Scandinavie. L’école de Galdurheim (fondée en 1947 dans un château existant) est l’école principale pour les sorciers du Nord du continent européen. Nous y suivrons le jeune Mattì Elísson plongé, plus ou moins malgré lui, dans des évènements qui le dépassent.

Si on excepte le fait que ça soit la première fan-fiction que j’ai découverte et les fautes en tous genres, nous avons là une jolie perle, bien qu’encore un peu brute, une peu brouillonne. Et c’est justement ce qui fait son charme :  créer quelque chose au risque de déplaire !

Des idées créatives s’enchaînent à la pelle : lieux, personnages, créatures, même la magie qu’utilisent les « Magis » (nom Scandinave pour les Sorciers) est créative puisque différente de la magie « classique » que l’on connait déjà ! Et c’est ça qui donne un côté très réaliste à cette œuvre, sa singularité et sa créativité. De plus, une crédibilité plus que tangible est présente ! Pour exemple, les noms en langues nordiques ne sont pas choisis au hasard d’une prononciation amusante à l’oreille, mais sont réfléchis et pensés pour sonner et être judicieux. Pourtant, tout en s’éloignant de ce que l’on connaît déjà, le lecteur qui connaît le monde des sorciers comme sa poche se sentira chez lui car l’univers est respecté. Quelques références amusantes y sont faites et elles ne sont pas là que pour faire joli. De plus, le background a été travaillé. Il se sent de mieux en mieux jusqu’au milieu du récit, stade après lequel il n’est plus abordé puisque plus nécessaire.

Malgré un style assez maladroit et quelques fautes de français (grammaire, orthographe et syntaxe), la narration est intéressante puisqu’elle brise de temps à autre le quatrième mur. Le petit souci engendré est que, de temps en temps, le point de vue du narrateur personnage se substitue à celui de l’auteur. Un brin de subtilité aurait pu faire passer le message en finesse. Mais la grande force de cette nouvelle, c’est que son style, très léger, est parfait. Ce n’est pas de la littérature et tant mieux car la lecture en est facilitée. Il ne se perd pas dans de longues descriptions (qui manquent au récit par moment) et va à l’essentiel : l’histoire que vivent les personnages. Et ils sont originaux ! Chacun ayant un caractère bien défini. Et d’ailleurs, ils ne sont pas des « personnages types », ce qui est extrêmement plaisant car ils sortent de la norme, de l’ordinaire. Ils deviennent, par cela, extraordinaires.

Le problème qui se pose lorsqu’on souhaite aller à l’essentiel en survolant certains aspects, comme les liens entre les personnages par exemple, c’est qu’au final l’attachement du lecteur est moindre, et donc leurs péripéties perdent de leur éclat. Ce qui est dommageable à la créativité de l’histoire ! Cela entraîne également ce que je nommerais : « un déséquilibre des pouvoirs ». Certains personnages pourtant plus « puissants » se retrouvent en « position de faiblesse » par rapport à d’autres. Un exemple très simple : à un moment donné, le héros, Mattì, discute avec sa directrice. Et de façon logique, elle devrait avoir 10 sur « l’échelle de pouvoir » et son élève devrait être à 1 ou 2. Pourtant, c’est l’inverse qui se produit. L’équilibre des pouvoirs n’est donc pas toujours respecté puisque les personnages, bien que créatifs et originaux, ne sont pas assez développés. D’ailleurs, ils n’ont aucune motivation réelle, tout du moins tangible. Ce qui est fort dommage car en les travaillant un peu plus, ils auraient pu être comparables à ceux du Golden Trio ! 

Malheureusement il n’y a pas que cet « équilibre » qui apparaît comme peu travaillé. La créativité que je loue depuis le début de cette critique souffre cruellement d’approfondissement ! Par exemple, aucune description de l’école ne permet de rendre compte de l’ampleur des lieux. Les effectifs n’étant que vaguement sous-entendus, le lecteur ne peut que se faire une vague idée du gigantisme, ou non, de là où il se trouve. Les personnages ne sont que très peu décrits également, et bien que des photos soient présentes pour en donner une représentation, le lecteur ne pourra se faire sa propre image d’eux car ils sont trop peu décrits pour être visualisés et définis par des photos.

J’écrivais plus haut d’aller à l’essentiel. Le nombre peu élevé de personnages et de lieux (dont les défauts ont été abordés ci-dessus) permet justement de ne pas s’y perdre ! On sait où on est et avec qui. Seul fait défaut le pourquoi car les personnages se laissent plutôt porter et influencer par l’histoire que l’inverse. Et là survient une autre anomalie : le méchant. Il sort de nulle part, et, pour faire une comparaison douteuse, ressemble au concept de Snoke dans STAR WARS VII et VIII : personne ne sait qui il est ni d’où il vient. Il est méchant, pourquoi ? Et sa seule motivation est maladroitement introduite donc réduit son aura et celle de sa motivation.

Et il n’y a pas que dans les aspects cités précédemment que le récit pêche. Les cliffhangers, au demeurant très bien trouvés et extrêmement bien placés, sont au choix : inattendus et étranges ou surprenants car illogiques, et parfois même un mélange des deux. Le véritable suspens est absent. Ce suspens ne dure que le temps de passer d’une partie à l’autre sans se poursuivre dans la trame narrative du récit. Ce qui est dommage car l’histoire à un potentiel créatif et narratif GI-GAN-TESQUE. La fin est quelque peu bâclée, mais l’auteur dit lui-même qu’il a eu beaucoup de mal à terminer son récit, donc au final, ce n’est pas bien grave. 

Au final, les défauts que j’ai relevés ne sont que des anicroches qui n’empêcheront en aucun cas le lecteur de prendre du plaisir à lire cette nouvelle. Le récit est hyper intéressant, tant pour son histoire que son Histoire, la créativité est au rendez-vous sur tous les aspects (lieux, personnages, créatures, etc…) et le récit fort agréable à lire par sa simplicité  et son côté décontracté. Je vous le recommande vivement si vous cherchez un mélange de créativité, de légèreté et de magie !

Vous pouvez retrouver et lire cette fanfinction ici : https://w.tt/2XWUQdK

Qui avait déjà lu cette fanfiction ?

Victor, plume pour La Plume de Poudlard

Tu as aimé cet article ?
Dis le nous en cliquant sur "J'aime cette page"...
Ou en nous laissant un petit pourboire 🙂 Soutenez La Plume de Poudlard sur Tipeee
Rejoignez la discussion

Devenez contributeur

En devenant « TIPEUR » de La Plume de Poudlard, Vous allez être au cœur de l’action en nous suivant au plus près. Bénéficiez de contreparties exclusives et devenez acteur de cette aventure !

Instagram

Instagram has returned empty data. Please authorize your Instagram account in the plugin settings .