Harry Potter : Inspirations ou similitudes Tolkienesque – 1ère partie

Harry Potter : Inspirations ou similitudes Tolkienesque – 1ère partie

[ANALYSE]

Harry Potter : Inspirations ou similitudes Tolkienesque 

1ère partie : Introduction

Tout au long de la saga Harry Potter, nous avons découvert un monde riche et énigmatique comprenant une multitude de personnages dont la destinée est quand même liée par un but ultime : l’anéantissement de Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom, en permettant à Harry Potter de survivre pour accomplir sa destinée.

Mais au travers de ces personnages et de cette histoire fantastique, qui fut conçue au travers de 7 tomes, nous pouvons constater que certaines “ressemblances” existent et se côtoient, au sein d’une même saga qui fût écrite par le majestueux maître du fantastique, J.R.R Tolkien avec son oeuvre inachevée autour de la Terre du milieu. 

Tout comme ce magistral auteur, J.K Rowling a créé un monde imaginaire, mêlant tour à tour, au travers de ses descriptions des liens antiques, historiques et mythologiques. Mais le plus impressionnant, ce sont les similitudes qui s’y prêtent que cela soit sur le fond comme la forme des écrits, quand on s’attache à lire en profondeur celles conçues par ces deux auteurs. Afin de pouvoir bien appréhender ces deux univers aux valeurs intrinsèques des auteurs, qui restent toutefois différents par le fil conducteur de leur histoire réciproque, il convient d’observer que ces similitudes, s’étendent bien au-delà de la surface d’une lecture basique. Que l’on aime ou pas les deux univers, ou que l’on apprécie plus l’un que l’autre, ou que l’on adore chacune des deux histoires, à mesure que l’on avance au fil des pages, il convient d’observer une part non négligeable de valeurs-notion-image-philosophie identiques. 

Pour ce faire, il convient tout d’abord de se pencher sur les deux auteurs : 

J.R.R Tolkien et J.K.Rowling sont tous deux des auteurs britanniques d’exception, plébiscités et reconnus de tous, mais ils n’ont pas vécu à la même époque et donc leur plume fut inévitablement influencée par la société et l’histoire dans laquelle ils ont vécu. Tolkien est né en 1892 et mort en 1973. J.K Rowling est née en 1965 et vit heureusement encore parmi nous. Tous deux ont conçu une œuvre magistrale racontant l’histoire d’un jeune garçon qui doit accomplir sa destinée et détruire un ennemi, dont la noirceur de son âme n’a d’égal que sa cruauté, à l’aide d’artefacts qu’ils doivent eux-mêmes détruire. Ces jeunes héros vivent des aventures magiques et dangereuses en compagnie d’êtres exceptionnels, surnaturels, mythiques tels que sorciers, nains, elfes… Tout au long de leur aventure, ces héros, hors du commun, découvrent des personnages mystérieux qui eux-mêmes ont une histoire qui leur est propre. Les auteurs y décrivent des lieux magistraux et emblématiques où évoluent leurs personnages. Ils font apparaître au fur et à mesure que l’histoire prend vie, des créatures plus ou moins sympathiques, auxquelles le lecteur peut s’attacher ou bien détester, créant alors une dimension “gargantuesque” à l’histoire que chaque lecteur aimant ou non ces univers ne peuvent renier. Par ailleurs leurs intérêts et leur complexité, tout comme la qualité de l’histoire, ont permis que ces deux univers puissent être transposés sur grand écran, permettant à tous de découvrir une histoire remarquable qui perdure de génération en génération. Certes les deux univers, bien que identiques sur le fond, et parfois la forme, ne s’adressent pas totalement au même public. 

Alors que l’univers de Tolkien est plus adapté aux grands adolescents et aux adultes, de part sa complexité littéraire, philosophique et poétique, il convient de faire la distinction, avec celui de J.K Rowling qui a su créer une oeuvre destinée à la jeunesse et dont l’histoire, complexe et addictive permet aux lecteurs de grandir avec elle et de l’apprécier tout au long de sa vie. 

Mais au-delà de ces ressemblances, et même de ces différences, il est nécessaire de se pencher également sur l’écriture en elle-même de ces deux ouvrages.

Que ce soit dans l’univers des œuvres de la Terre du Milieu, ou de celle de  Harry Potter, nous retrouvons de la poésie, des sens cachés, de la philosophie et des poèmes chantés. En Effet, J.K.Rowling a intégré ce style d’écriture à travers le choixpeau, les prédictions de Trelawney et même encore la mythique histoire des 3 frères par exemple. Tolkien, quant à lui, intègre cette poésie subtile dans des chants complexes que lancent ses personnages, l’histoire de l’anneau et bien évidement la légende de Sauron entourant l’univers qui est dévoilé par Galadriel, Elrond ou encore Arwen. Mais au-delà de cette ressemblance, pour le moins surprenante, nous constatons que ce n’est pas là le seul lien. Chacun de ces deux auteurs à su exploiter une histoire riche en événements, où chaque personnage joue un rôle important dans le déroulement de l’histoire, ils amènent de la profondeur dans la quête que doit accomplir le protagoniste. 

Mais au-delà de tout ce qui a pu être analysé jusqu’à présent, il apparaît nécessaire de voir encore plus loin dans cette analyse de ces deux œuvres. Aussi afin de pouvoir y donner un point de vue plus concret, et plus objectif aussi, il nous sera nécessaire de vous présenter cette étude en 3 articles qui regrouperont tour à tour une analyse portant sur un point précis qui semble relier, malgré les décennies d’écriture qui séparent ces deux oeuvres, les idées et philosophies de J.K.Rowling et Tolkien. Pour ce faire nous allons vous exposer dans différents articles qui vont suivre notre analyse qui comporte un schéma bien précis. Il sera nécessaire de s’attacher :  

1- à la notion fondamentale des oeuvres : l’espoir et le désespoir qui se mêlent et s’entremêlent avec la notion de lumière et d’obscurité qui transparaît dans les personnages principaux et secondaires, mais aussi dans l’univers entier de l’oeuvre.

2- à la perception et la conviction des auteurs sur les bienfaits de la nature qui est bien plus forte qu’il n’y paraît, qui créent un rempart indéniable et salvateur, face à des “monstres” humains, ou non. Une nature à la fois mythologique et magique apportant aussi bien frayeur qu’espoir tout au long de ces oeuvres

3- à l’idée que les auteurs se font de la vie et de la fin de celle-ci. En tentant de répondre à la philosophie qui s’en dégage : Doit-on accepter ou non notre destinée ? Pour ce faire nous nous pencherons sur la notion d’acceptation du destin des personnages principaux dont l’histoire est liée par la fatalité de celui-ci.

Emma, Hibou et Moony de la Plume de Poudlard.

Sources : 

Wikipédia https://bit.ly/2YuB89u, https://bit.ly/3rzytct, https://bit.ly/3OivE9h

Cultura https://bit.ly/3KSUTNq 

Gallimard https://bit.ly/3xyIIBn 

Tu as aimé cet article ?
Dis le nous en cliquant sur "J'aime cette page"...
Ou en nous laissant un petit pourboire 🙂 Soutenez La Plume de Poudlard sur Tipeee

Devenez contributeur

En devenant “TIPEUR” de La Plume de Poudlard, Vous allez être au cœur de l’action en nous suivant au plus près. Bénéficiez de contreparties exclusives et devenez acteur de cette aventure !

Instagram

Instagram has returned empty data. Please authorize your Instagram account in the plugin settings .